Qu’est-ce que le Kick-Boxing ?

Kick boxing

Le kickboxing est un sport de combat moderne qui a vu le jour aux États-Unis au début des années 1960. Il est basé sur la boxe anglaise et la boxe française, et il en existe principalement deux types : Le kick boxing américain, qui utilise les pieds et les pointes, et le kickboxing japonais, qui utilise les genoux et les coudes. Nous sommes donc historiquement assez loin du karaté, qui a une histoire de près de 1500 ans, mais la médiatisation de compétitions importantes comme le K-1 World Grand Prix ou le K-1 World Max aura permis de promouvoir cette discipline.

Certains athlètes de ce sport, comme le MMA, sont devenus de véritables célébrités, et cette discipline complète et spectaculaire continue d’attirer un large public. Enfin, de l’autre côté de l’Atlantique, le kick-boxing compte de nombreux types et disciplines, comme le full-contact, la boxe française savate, la boxe indienne, le sambo, mais aussi les boxes d’Asie du Sud-Est, comme le muay thai, la boxe birmane ou la boxe vietnamienne.

L’histoire du kickboxing

Né à la fois au Japon et aux États-Unis

De nombreuses personnes affirment que le kickboxing a commencé en Thaïlande. Au Japon, à la fin des années 1950, des spécialistes du karaté et d’autres arts martiaux ont organisé des matchs de full-contact sur le tapis et sur le ring, donnant ainsi naissance au kick-boxing japonais. Grâce au promoteur de boxe Osamu Noguchi, le kick-boxing japonais prend son essor au milieu des années 1960. À la même époque, de nombreuses écoles d’arts martiaux aux États-Unis accueillent des rencontres de full-contact, notamment pour des disciplines telles que le bando, le karaté, le taekwondo, le kempo, etc. Le Birman Maung Gyi, l’un des pionniers du kickboxing américain, a organisé des opens de ring de toutes les formes en 1962. Puis, au début des années 1970, on assiste à une sorte de révolution dans le domaine du karaté de haut niveau. De nombreux bons pratiquants de combat par points (« karaté à toucher freiné ») participant à des compétitions sont mécontents des restrictions actuelles encourageant le contrôle du toucher. Par conséquent, ces derniers sont à la recherche d’un sport dans lequel on exploite la force des coups de pied et des coups de poing plutôt que de les arrêter avant de frapper l’adversaire. C’est ainsi qu’ont été développés le karaté full-contact (« kick-boxing américain sans le coup de pied bas ») et le « kick-boxing américain avec le coup de pied bas ».

Le kick-boxing est une expression large

Le terme « kick » signifie « coup de pied » en anglais, c’est pourquoi les anglophones ont tendance à désigner toutes les disciplines comprenant des coups de pied et des coups de poing comme du « kick-boxing ». Il s’agit de l’équivalent anglais de l’appellation française d’Alain Delmas de 1976 boxe pieds-poings. Dans plusieurs nations, le full-contact est appelé « kick-boxing sans le coup de pied bas » (car les coups de pied dans les jambes sont interdits dans la forme moderne pratiquée dans les fédérations internationales). De même, pendant longtemps, on a appelé à tort la boxe thaïlandaise « kick-boxing » (muay-thai). Il ne s’agit pas d’une erreur, mais plutôt d’un amalgame, car le muaytha, par définition, est un type de « kick-boxing » au même titre que de nombreuses autres boxes, notamment celles d’Asie du Sud-Est (boxe birmane, boxe khmère ou Kun Khmer , boxe laotienne et boxe vietnamienne). En 2008, la Fédération française de full contact (FFFCDA) a relancé le  » full-contact avec low-kick  » des années 1960 aux États-Unis. En 2013, la Fédération de Full Contact de Kick Boxing (FFFCKDA) a relancé le « full-contact avec low-kick » des années 1960 aux Etats-Unis (chaussons en mousse expansée).

Le Kickboxing au Japon

Le kickboxing (kikkubokushingu en japonais) est un type d’arts martiaux. Cette variante japonaise du Muay Thai et de la boxe birmane a évolué après les Jeux olympiques de 1964, notamment dans la ville d’Osaka, où les règles autorisaient les coups de pied, les coups de poing, les coups de genou et de coude, ainsi que les projections de judo. Au début, de nombreux combattants venaient du karaté de style kyokushinkai et des boxes de l’Asie du Sud-Est. Cette forme est encore pratiquée aujourd’hui et est connue sous le nom de shoot-boxing, le tournoi mondial de Shoot Boxing servant d’événement principal.

Tatsuo Yamada, le fondateur du Nihon Kemp Karate-do, un karatéka japonais, a inventé une nouvelle technique dans les années 1950, un « art martial hybride » qui intègre le karaté, la boxe thaï et d’autres boxes du Sud-Est asiatique. Tatsuo Yamada a l’intention de créer et de promouvoir un nouveau sport à une époque où les pratiquants ne sont pas autorisés à frapper dans les tournois de karaté. En novembre 1959, il donne à cette pratique un nom temporaire : « karaté-boxe ». Tatsuo Yamada invite un champion thaïlandais à s’entraîner avec son fils Kan et commence à étudier le Muay Thai. Ce combattant thaïlandais entre en contact avec Osamu Noguchi, un promoteur de boxe qui s’intéresse au Muay Thai à l’époque. Le portrait de ce combattant thaïlandais apparaît notamment dans « The ABC of Nihon Kempo Karate-do », la première édition du magazine de Tatsuo Yamada. Le premier combat de Muay Thai a lieu à Tokyo le 20 décembre 1959.

Puis, le 12 février 1963, au stade Lumpinee de Bangkok (Thaïlande), les karatékas et les guerriers du muay-thaï se rencontrent. L’équipe de combattants japonais de l’Oyama-dojo (style de karaté Kyokushinkai), Tadashi Nakamura, Kenji Kurosaki et Akio Fujihira, remporte la compétition sur le score de deux victoires à une : Tadashi Nakamura et Akio Fujihira par KO technique, tandis que Kenji Kurosaki est mis KO sur un coup de coude. Il faut noter que le combattant prévu a été remplacé au pied levé par Kenji Kurosaki, qui était alors un instructeur de karaté de type « kyokushinkai » plutôt qu’un combattant.

Osamu Noguchi, un promoteur de combats, a fait des recherches sur le Muay Thai et l’a introduit au Japon en 1958, développant un art martial hybride connu sous le nom de « kick boxing ». Les règlements du Muay Thai ont inspiré cette nouvelle pratique. Les principales techniques du kickboxing japonais, en revanche, sont tirées du karaté, à savoir la forme kyokushinkai. Les projections de judo étaient autorisées dans les premiers concours pour distinguer le kickboxing japonais du muay-thai, mais les projections ont été progressivement supprimées du règlement. Osamu Noguchi a créé la première fédération japonaise de kickboxing en 1966. Le 11 avril 1966, deux ans après les Jeux olympiques de Tokyo, le premier événement de kickboxing a eu lieu à Osaka.

Tatsu Yamada est décédé en 1967, et son école (dojo) a été renommée Suginami Gym en son honneur. Son école a continué la pratique en envoyant des élèves à des compétitions de kickboxing.

Le kickboxing a ensuite gagné en popularité. Il a commencé à être diffusé à la télévision japonaise en 1970, sur trois chaînes et trois fois par semaine. Des rencontres entre combattants japonais et thaïlandais sont programmées par les chaînes. Tadashi Sawamura, le champion de l’époque, est un kickboxeur réputé. La Kickboxing All Japan Association (A.J.K.A.) a été fondée en 1971 et a depuis enregistré plus de 700 combattants. Shintaro Ishihara, le gouverneur de Tokyo, a été le premier président de l’AJKA. Les tournois couvrent un large éventail de catégories de poids, du poids mouche au poids moyen. Noboru Osawa, un poids bantam avec de nombreux titres AJKA, est l’un des boxeurs les plus connus. Les élèves étrangers brillent également. En 1972, Raymond Edler, un étudiant américain de l’Université Sophia de Tokyo, remporte le titre AJKC des poids moyens. En 1972, il est le premier non-Thaï à être officiellement classé au Rajadamnern Stadium, dans la catégorie des poids moyens. Il a également défendu avec succès son titre AJKC à de nombreuses reprises. Toshio Fujiwara et Mitsuo Shima sont deux champions plus populaires à cette époque. Toshio Fujiwara a été le premier non-thaïlandais à remporter un titre dans la catégorie des poids légers au Rajadamnern Stadium en 1978, et il l’a fait contre un champion thaïlandais.

En raison d’une presse défavorable, les reportages télévisés sont rares à partir de 1980, et la période dorée du kickboxing au Japon prend fin. Ce n’est qu’en 1993, lors de la création de la compétition K-1 World Grand Prix poids lourds, que la télévision japonaise prend le contrôle de l’événement international. Kazuyoshi Ishii, le fondateur du style de karaté seidokaikan, organise cet événement. Il appelle ce tournoi « K-1 », d’après le « K » de plusieurs arts martiaux (karaté-do, kung-fu, tae-kwon-do et kick-boxing), et adopte le règlement du kick-boxing sans coups et sans temps de lutte (judo), qu’il appelle « règles du K-1 ».

Depuis 1993, le kick-boxing japonais se redresse grâce au tournoi annuel des poids lourds, le K-1 World Grand Prix, et, depuis 2003, au tournoi des poids moyens, le K-1 World MAX. Depuis sa création, le format de la rencontre a évolué, et les restrictions n’autorisent plus que les coups de pied, les coups de poing, les coups de genou directs, et les saisies de courte durée.

Le kick-boxing en Amérique

Dans les années 1970, trois individus issus du monde des arts martiaux américains, Count Dante (karaté), Ray Scarica et Maung Gyi, ont été les pionniers du kick-boxing américain avec low-kick et du full-contact américain sans low-kick aux États-Unis (boxe bando et birmane). En France, le terme « kick-boxing » désigne ce que l’on appelle la boxe pieds-poings, dans laquelle toute sorte de coup de pied est autorisée au-dessus de la ceinture ; et pour les cibles situées sous le bassin, exclusivement des coups de pied circulaires sur le membre inférieur et tout type de balayage « uniquement sur le pied » et la jambe inférieure). Aux États-Unis, le terme « kick-boxing » fait référence aux combats de boxe dans lesquels les protagonistes donnent des coups de pied, ainsi qu’à divers arts martiaux d’origine asiatique (tels que le bando-kickboxing ou boxe birmane, la boxe thaïlandaise, etc.) Il faut savoir qu’aux États-Unis, depuis le milieu du XXe siècle, de nombreuses écoles d’arts martiaux, en plus de promouvoir leurs propres disciplines, participent à des compétitions ouvertes de toutes sortes dites de « kick-boxing » pour affronter d’autres disciplines de combat. Ce ne fut pas toujours le cas des groupes dits de « kick-boxing », notamment en Europe vers la fin du XXe siècle, qui se contentaient de s’entraîner et de concourir uniquement dans cette discipline. Hormis quelques pays européens, comme la France, où une fédération nationale regroupe exclusivement des clubs dits de  » kick-boxing « , le kick-boxing apparaît dans la plupart des pays comme une discipline de compétition (c’est-à-dire comme une règle de match) regroupant différentes disciplines des sports de combat et des arts martiaux. De ce fait, les combattants de nombreux pays font preuve d’adaptabilité et progressent tout au long de leur carrière dans plusieurs disciplines pugilistiques.

Selon les écrits de champions américains, les premiers combats sportifs sur le ring et sur les tatamis ont eu lieu sur le continent nord-américain en 1962 (notamment les tournois sur ring de bando-kickboxing) 9, et ont été développés par différents styles tels que le bando, le karaté, le taekwondo, le kempo, etc. Cependant, ce n’est qu’en 1976 que le kickboxing américain a été formellement établi, après la formation de la World Kickboxing Association, une fédération de champions professionnels de karaté full-contact (WKA). Ceux-ci souhaitaient rencontrer les combattants asiatiques dans une sorte de rencontre avec percussion sur les membres inférieurs pour démontrer leur domination, notamment dans un style de boxe complète pieds-poings, associant le poing (boxe) et le pied des arts martiaux (karaté, taekwondo, boxe birmane, muaytha, etc.). Dans un souci de différenciation des activités, il existe deux types de kick-boxing rencontrés en Europe et sur le continent américain : la version kick-boxing avec coup de pied circulaire dans les jambes et la version kick boxing sans coup de pied dans les jambes appelée en Europe full-contact. Cette dernière a été contrôlée en France par la Fédération française de Full Contact (FFFCDA) à partir de la fin des années 1970, bien qu’une autre organisation, la Fédération française de boxe américaine (FBADA), ait également attiré de nombreux pratiquants jusqu’en 2008. (malgré l’obtention de la délégation ministérielle de pouvoirs en 2007 par la FFFCDA). La Fédération de boxe américaine (FBADA) s’est jointe à une nouvelle organisation parallèle, la Fédération française des sports de contact (FFSCDA), au sein du Comité français des règles du K-1 à la rentrée 2008. Au début de la saison sportive 2009, la boxe américaine a récupéré une représentation complète au sein de la FFSCDA en formant le Comité français de boxe américaine (CFBA) et en recevant une délégation ministérielle de pouvoirs.

L’équipement en kick-boxing

Comme pour tous les sports de combat à pied, un équipement complet est nécessaire pour monter sur un ring lors d’un match de kickboxing. Voici donc le contenu qui sera obligatoire à certains moments et facultatif à d’autres.

Les gants

Les gants sont indiscutablement nécessaires en kickboxing. Ils protègent correctement votre maïs tout en absorbant les coups et en éliminant les parties saillantes de vos mains qui pourraient blesser sérieusement votre adversaire. Ils sont normalement construits en cuir ou en faux cuir, et selon votre catégorie de poids, ils sont plus ou moins grands et lourds.

Ils doivent, avant tout, protéger adéquatement les premières phalanges du coup de poing. Ils seront fortement remboursés afin d’absorber un maximum de chocs. Le pouce est relié au reste de la main. Cela l’empêche de se retourner s’il s’accroche, et cela l’empêche aussi d’atterrir trop facilement dans l’œil de l’adversaire. Enfin, le poignet est bien ajusté pour minimiser les torsions et est rembourré pour une protection supplémentaire en cas de garde haute.

La coque et le protège-dents

Il va sans dire que dans un sport impliquant un contact pied-main, les dents sont particulièrement vulnérables. Un coup à la mâchoire qui force les dents supérieures et inférieures à entrer en collision pourrait causer des dommages importants, et vous pourriez même vous mordre la langue ou le visage durement. Par conséquent, que ce soit en compétition ou à l’entraînement, le port d’un protège-dents est tout à fait nécessaire. Pour les débutants, un modèle qui ne comporte que les dents du haut est parfait. Il nous protège efficacement sans interférer avec notre capacité à respirer. La coquille est destinée à protéger les parties génitales des guerriers. Bien que les coups bas ne soient pas autorisés, l’imprudence est fréquente et il est avantageux d’être bien préparé. Les femmes, dont les parties sont également très sensibles, apprécieront la coquille. Les boucliers de poitrine peuvent également être envisagés.

Les bandages

Ils vous permettront de serrer correctement vos doigts à l’intérieur du gant, en protégeant vos métacarpes. Il s’agit d’une bande de 2 m de long qui a été enroulée avec soin. Ils peuvent être remplacés par des moufles pendant l’entraînement, qui sont beaucoup plus faciles à utiliser. En général, il faut toujours utiliser des bandages ou des mitaines pour des raisons sanitaires. On ne transpirera pas directement dans les gants, évitant ainsi un contact constant avec l’intérieur d’un gant malsain. Les bandes peuvent être lavées ou remplacées au besoin, ce qui garantit une propreté constante.

Le casque

La plupart des épreuves amateurs l’exigent, et certains préfèrent s’entraîner avec pour éviter de faire un mauvais coup. Pour bien protéger le kickboxeur, le casque de protection doit être correctement ajusté. Il vous permet de vous lâcher entièrement sans crainte, et vos adversaires craindront moins de vous blesser en conséquence.

Les protections des tibias

Les protège-tibias peuvent être nécessaires en kickboxing, que ce soit lors de tournois amateurs ou à l’entraînement. Ils n’ont rien à voir avec les joueurs de football. Ces derniers, comme les gants, sont recouverts de mousse et bien rembourrés. Pour protéger l’attaquant et le défenseur, le dessus du pied est également couvert.

Le règlement du kickboxing

Les règles diffèrent en fonction de la discipline. Les combattants du kickboxing américain ne peuvent utiliser que leurs poings et leurs pieds. En cas de collision, les deux kick-boxeurs sont rapidement séparés. Dans le kickboxing japonais, les coudes et les genoux sont autorisés, et les kickboxeurs sont autorisés à se tenir un peu plus longtemps s’ils tentent de porter des coups, notamment pour réduire la distance. Les combats se déroulent sur un ring. Le but, dans le monde professionnel, est d’assommer son adversaire (KO). Selon la compétition, il y a entre 3 et 5 reprises qui durent entre 2 et 3 minutes. Les boxeurs s’affrontent non seulement par rang, mais aussi par poids. En France, ce sont les mêmes classements que ceux de la boxe française :

De 7 à 17 ans :

  • Lourd au-delà de 85 kg
  • Mi-lourd de 79 à 85 kg
  • Moyens de 74 à 79 kg
  • Super-mi-moyen de 70 à 74 kg
  • Mi-moyen de 66 à 70 kg
  • Super-léger de 63 à 66 kg
  • Léger de 60 à 63 kg
  • Super-plume de 57 à 60 kg
  • Plume de 54 à 57 kg
  • Coq de 51 à 54 kg
  • Mouche de 48 à 51 kg
  • Mini-léger de 45 à 48 kg
  • Mini-plume de 42 à 45 kg
  • Mini-coq de 39 à 42 kg
  • Mini-mouche de 36 à 39 kg
  • Pré-mini-léger de 33 à 36 kg
  • Pré-mini-plume de 30 à 33 kg
  • Pré-mini-coq de 27 à 30 kg
  • Pré-mini-mouche de 24 à 27 kg
  • Moustique moins 24 kg

À partir de 18 ans

  • Lourds : Au-delà de 85 kg
  • Mi-lourds : de 80 à 85 kg
  • Moyens : de 75 à 80 kg
  • S/M/Moyens : de 70 à 75 kg
  • Mi-moyens : de 65 à 70 kg
  • super-légers : 60 à 65 kg
  • Légers : de 56 à 60 kg
  • Plumes : de 52 à 56 kg
  • Coqs : de 48 à 52 kg
  • Mouches : moins de 48 kg

Si les deux boxeurs arrivent à la fin du combat sans être mis KO, leur sort est décidé par des juges qui comptent les points pendant le combat. Le combat est gagné par celui qui a accumulé le plus de points. Les coups ne sont pas portés ou légers chez les amateurs, surtout chez les jeunes. On parle de moyen-contact et de léger-contact. À moins qu’il y ait une blessure, le combat est toujours terminé dans ce type de rencontre. La recherche du KO est vaine, car les deux combattants se départagent uniquement aux points.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *