Qu’est-ce que la boxe anglaise ?

Boxe anglaise

Le type de boxe le plus populaire au monde est la boxe anglaise. Il s’agit très probablement de l’un des sports les plus anciens de l’histoire de l’humanité, avec des œuvres d’art remontant à au moins 2 000 ans avant J.-C., découvertes dans l’ancienne Égypte ou en Mésopotamie. Le poing dans la Grèce antique étant limité aux coups de poing lors des jeux panhelléniques, il est également un ancêtre de la boxe. Enfin, c’est au 18ème siècle en Angleterre que les parieurs ont adopté le modèle de la boxe pour développer la boxe que nous connaissons aujourd’hui. Pour préciser, le premier grand champion s’appelait James Figg, et il entraîna son protégé Jack Broughton, qui gagna environ 400 combats. Ce dernier fut traumatisé lorsqu’il tua un jour l’un de ces adversaires. La réglementation de la boxe a été modifiée à la suite de ce combat.

L’histoire de la boxe anglaise

Durant l’antiquité

Certains reliefs montrent que des combats de type boxe existaient en Mésopotamie et en Egypte ancienne. D’autres reliefs du deuxième millénaire avant J.-C. attestent de la présence de combats à mains nues en Assyrie, à Babylone et en Asie Mineure, ainsi que chez les Hittites. Les gants ont été utilisés à l’origine par la culture minoenne (1500-900 av. J.-C.) et les Géants du Mont-Prama en Sardaigne (2000-1000 av. J.-C.). La boxe a été pratiquée pour la première fois en tant que sport à part entière lors des Jeux panhelléniques d’Olympie, de Delphes, d’Isthme et de Némée en Grèce antique. En effet, le poing (apparu en 688 av. J.-C.) et le pancrace (638 av. J.-C.) sont liés à la boxe.

Le premier n’autorise que les coups de poing, tandis que le second permet les coups de pied et les prises. L’objectif principal de ces deux sports est d’assommer l’adversaire en un seul round. La boxe est pratiquée dès la dynastie étrusque après avoir été importée des royaumes grecs. De nombreux documents montrent des pugilistes tout au long de la période étrusque, notamment lors des jeux funéraires connus sous le nom de Ludi. La boxe atteint son apogée dans la Rome antique, héritière de la culture grecque et étrusque7. Les combats de pugilat ont lieu lors des Jeux olympiques en Grèce. Les pugilistes utilisent des cestes, qui sont des lanières de cuir cerclées de fer. L’empereur Théodose Ier interdit le poing et le pancrace aux Jeux olympiques en 394, et son petit-fils Théodose II brûle les installations olympiques.

Au 18e siècle

La boxe a refait surface au 18e siècle, avec des combats organisés par des parieurs qui ont adopté le combat au poing comme modèle. À l’époque, elle n’était pas réglementée et se pratiquait à mains nues. En 17198, James Figg, expert en escrime, devient le premier grand champion de boxe sans armes. Jack Broughton, son protégé, a gagné environ 400 combats jusqu’à ce qu’il tue son adversaire par inadvertance. Traumatisé, il formalisa les règles de la boxe, puis le marquis de Queensberry, avec l’aide de John Graham Chambers, rendit obligatoire le port de gants de protection et interdit les combats à la conclusion, ainsi que le fait de frapper l’adversaire au sol.

La boxe anglaise moderne

En 1865, les règles du marquis de Queensberry mettent l’accent sur la mobilité plutôt que sur la force. Le combat au corps à corps, la suffocation, les coups portés lorsque l’adversaire est sans défense et le combat à l’arrivée (conflit qui ne se termine que par l’abandon ou la mise hors de combat de l’adversaire) sont tous proscrits par le nouveau règlement. Les rencontres sont divisées en rounds de trois minutes. Cette règle s’applique toujours à la boxe amateur masculine, qui compte trois rounds par combat ; en boxe professionnelle, ces rounds, entrecoupés de périodes de repos d’une minute, peuvent totaliser 12 dans un même combat. Si un concurrent reste au sol pendant plus de 10 secondes, allongé ou reposant sur un genou, ou s’il est jugé incapable de retourner au combat, il perd le combat. Les combats doivent également se dérouler dans un ring dont la longueur latérale maximale est de 6,00 m et la longueur latérale minimale de 4,90 m, selon le règlement. En 18899, l’Américain John L. Sullivan a remporté le titre de champion des poids lourds à mains nues. Ces limites ne sont appliquées que progressivement, comme le prouve le plus long combat de boxe de l’histoire, le 6 avril 1893 à la Nouvelle-Orléans entre Andy Bowen et Jack Burke (111 coups en sept heures et dix-neuf minutes), ce combat reste le dernier de Burke, qui s’est fracturé tous les os de ses deux mains. Andy Bowen, qui a participé à quelques combats par la suite, est mort d’une blessure à la tête lors de sa dernière rencontre avec Lavigne.

Louis Lerda, de retour des Etats-Unis, tente de créer la boxe anglaise en France en 1899. Le premier combat a lieu à la salle Wagram à Paris, et le 15 février 1903, quatre jeunes pratiquants (Albert Bourdariat, Frantz Reichel, Van Rosose, et Paul Rousseau élu président) créent la Fédération française des sociétés de boxe. Des combats sont organisés à la Grande Roue et au Cirque d’Hiver, sous l’impulsion de Victor Breyer et Théo Vienne. Le 17 avril 1909, le combat le plus long à Paris dure 49 rounds et oppose Joe Jeanette, qu’il faut réveiller plusieurs fois avec un masque à oxygène, et Sam McVey, qui finit par abandonner après 2h30 de combat.

La boxe amateur, professionnelle, éducative et féminine sont toutes des divisions de la boxe anglaise. L’AIBA est la Fédération Internationale de Boxe Amateur reconnue par le CIO. Si l’on compare les épreuves amateurs et professionnelles, seuls les amateurs sont autorisés à concourir aux Jeux olympiques jusqu’aux Jeux de 2012, où une ouverture prudente est faite en faveur des femmes. Les professionnels pourront participer aux jeux à partir de 2016.

Les combats sont menés par deux hommes (ou deux femmes) qui doivent porter des gants, une chaussure sans orteil ni talon, une culotte à mi-cuisse, une coquille de protection (pour les hommes), un protège-dents et une chemise légère sans manches. Les femmes peuvent porter des protections pubiennes et pectorales. À l’exception des boxeurs amateurs masculins seniors, les boxeurs amateurs peuvent porter un casque de protection, celui-ci était obligatoire jusqu’en 2013, et il est prévu qu’il soit complètement interdit à partir de 2018. Seuls les coups de poing fermés qui atteignent l’adversaire avec la partie du gant couvrant la tête des métacarpiens et les premières phalanges sont autorisés. Les coups doivent être portés de manière régulière pour atteindre les zones antérieures et latérales de la poitrine ou de la tête. Les coups qui ne sont pas portés dans ces conditions sont considérés comme irréguliers et sont susceptibles d’entraîner une sanction de la part de l’arbitre. La boxe professionnelle n’est pas régie par une seule organisation, mais plutôt par quatre fédérations concurrentes : la WBA, l’IBF, la WBC et la WBO. L’équipement des boxeurs amateurs diffère de celui des boxeurs professionnels, ainsi le port du débardeur est l’apanage des boxeurs amateurs. Il existe également d’autres types de collisions, comme les collisions légères.

L’équipement en boxe anglaise

Les gants

Les gants sont bien sûr l’instrument de travail du boxeur professionnel, mais aussi un accessoire indispensable pour tous les combattants du noble art, y compris les amateurs. Ils peuvent être utilisés aussi bien pour l’attaque que pour la défense. Ils protègent les mains du boxeur tout en limitant les dégâts qu’il peut infliger à son adversaire.

Les gants sont divisés en trois sections : la main et les doigts, le pouce et le poignet. Les doigts sont protégés par les premières phalanges. Les articulations sont chauffées, et il n’y a aucun risque qu’un doigt se torde. Le pouce est relié au reste de la main. Ceci pour l’empêcher de se retrouver dans l’œil de l’adversaire, ainsi que pour l’empêcher de se retourner dans un mouvement embarrassant. Enfin, le poignet est renforcé. Lorsque notre adversaire nous frappe les bras, nous pouvons éviter une rotation et donc une blessure au poignet en enroulant fermement les gants sur nos mains. Les gants, qu’ils soient naturels ou synthétiques, sont toujours fabriqués en cuir. Certains sont plus rembourrés que d’autres, et vous devrez choisir une taille de gant ou plutôt un poids de gant en fonction de votre poids. Le gant est mesuré en onces. Plus on est lourd, plus on aura besoin de gants lourds et protecteurs.

Les bandages

Les bandages sont nécessaires au combat. Ils sont constitués de bandes chirurgicales de 2 m de long et de 4 cm de large. Ces bandes permettent de prévenir les blessures au métacarpe. Elles ont également une fonction hygiénique empêchant les boxeurs de transpirer dans leurs gants et, par conséquent, de sentir rapidement mauvais.

Le sac de frappe

La boxe est un sport qui demande beaucoup d’efforts cardio-vasculaires. Lors d’un combat, vous devez être capable de taper avec intensité pendant une longue période de temps. Vous devez, bien sûr, vous entraîner pour cela. Le sac de frappe est le meilleur ami du boxeur. Il va nous permettre de travailler à la fois en puissance et en temps, en augmentant progressivement notre intensité. On peut travailler tous les coups et les répéter indéfiniment jusqu’à ce qu’ils deviennent des réflexes. Nous n’avons pas toujours de sparring-partner disponible, c’est pourquoi un sac de tissu ou de sable nous permet de nous entraîner à l’infini.

Les chaussures de boxe

De nombreux spectateurs ne portent pas de chaussures de boxe, mais elles sont tout à fait essentielles en boxe. Ils sont soit semi-relevés, soit relevés et ont une fermeture à lacets. Elles assureront une meilleure sécurité dans les mouvements du boxeur en maintenant les chevilles complètement alignées. Ce sont des chaussures plates, généralement en cuir ou simili-cuir, qui permettent au combattant de se déplacer librement. On n’y pense pas souvent, mais l’équipement de boxe est assez important.

La coquille et le protège-dents

Certaines parties du corps sont plus sensibles que d’autres et doivent être protégées au maximum. Le protège-dents est nécessaire pendant les compétitions, mais aussi pendant l’entraînement. Il protège non seulement les dents, mais aussi la langue et les joues, qui peuvent être mordues lors d’un mauvais coup. La coquille protège les testicules, qui sont évidemment assez sensibles. Encore une fois, c’est nécessaire en combat, mais aussi à l’entraînement. Les coups bas involontaires sont rapides, et sans protection, ils peuvent vous paralyser pendant plusieurs heures. La coquille est également nécessaire pour les femmes, dont les zones érogènes sont aussi sensibles et fragiles que celles des hommes. Pour ces dames, il existe des protections supplémentaires au niveau de la poitrine.

Le casque

Le visage est efficacement protégé par le casque. Il est obligatoire dans les combats de boxe amateur. Il n’est pas forcément indispensable à l’entraînement, mais il évite de devoir retourner au travail le lendemain matin avec un œil bleu ou un nez crochu. C’est un accessoire qui durera 5 à 10 ans s’il est correctement entretenu, donc je ne vois pas pourquoi vous ne devriez pas en avoir un.

Les règles de la boxe anglaise

  1. Si un match dure tous les rounds et que le résultat est déterminé par les cartes de pointage, les options sont une décision unanime, une décision partagée, une décision majoritaire ou un match nul.
  2. Si le combat va jusqu’au bout, le vainqueur est désigné par les juges, sinon par KO (au sol et incapable de se relever dans les 10 secondes), KO technique (le boxeur ne veut pas continuer ou est jugé incapable de le faire) ou disqualification.
  3. Lorsque l’arbitre le juge approprié, il peut déduire un point ou deux pour une infraction intentionnelle ; il peut également déduire des points pour des fautes involontaires, mais cela se produit normalement après au moins un avertissement.
  4. Les juges attribuent des points sur une échelle de dix. La plupart des rounds sont décidés par un score de 10-9, le boxeur le plus dominant recevant 10 points et l’autre 9. Si le round est jugé absolument égal, les deux boxeurs reçoivent 10 points.
  5. Si une faute involontaire entraîne l’arrêt immédiat du combat, le combat est déclaré « sans vainqueur » si quatre rounds n’ont pas été terminés. Après quatre rounds, les cartes de score des juges sont comptabilisées, et le combattant ayant le plus de points gagne sur décision technique. Si les scores sont égaux, on parlera de « tirage au sort technique ».
  6. Si la faute blesse un combattant mais que le combat continue, l’arbitre demande aux juges de soustraire deux points au boxeur qui a infligé le dommage.
  7. Un combattant qui reçoit un coup bas non intentionnel a jusqu’à cinq minutes pour récupérer. Si l’infraction provoque une blessure qui arrête immédiatement le combat, le boxeur qui a commis la faute est disqualifié.
  8. Si vous « mettez au tapis » votre adversaire, vous ne pouvez pas le frapper sur le ring alors qu’il est au sol.
  9. Si vous mettez votre adversaire à terre, vous devez vous diriger vers le coin neutre le plus éloigné pendant que l’arbitre fait le décompte.
  10. Il est interdit de cracher intentionnellement son protège-dents pour se reposer.
  11. Lorsque l’arbitre annonce un clinch, vous devez faire un pas en arrière ; vous ne pouvez pas frapper instantanément votre adversaire.
  12. Vous ne pouvez pas tenir et frapper votre adversaire en même temps, ni descendre si bas que votre tête se trouve sous la ligne de ceinture de votre adversaire.
  13. Vous ne pouvez pas frapper en utilisant les cordes comme levier.
  14. Vous ne pouvez pas frapper votre adversaire dans le dos, à l’arrière de sa tête, à l’arrière de son cou ou dans les reins.
  15. Vous n’avez pas le droit de frapper avec un gant ouvert, l’intérieur du gant, le poignet, le dos ou le côté de la main.
  16. Il est interdit de frapper avec la tête, l’épaule, l’avant-bras ou le coude.
  17. Vous n’avez pas le droit de frapper votre adversaire au-dessous de la ceinture, de le tenir, de le faire trébucher, de lui donner un coup de pied, de le frapper à la tête, de le blesser, de le mordre, de lui cracher dessus ou de le pousser.
  18. Si un boxeur tombe au sol à la suite d’une frappe légale, le chronométreur comptera les secondes – 20 secondes sans aide si le boxeur tombe à l’extérieur du ring, 10 secondes sans aide si le boxeur tombe à l’intérieur du ring.
  19. Les boxeurs doivent taper leurs gants avant le début du combat et à nouveau au début du dernier round.
  20. Les gants de boxe poids mouche à poids welter pèsent 8 onces et les gants de boxe poids léger à moyen pèsent 10 onces.
  21. Tous les combats se déroulent sur un ring à quatre cordes d’au moins 16 pieds de diamètre et d’au plus 20 pieds carrés.
  22. Le nombre de rounds est indiqué dans tous les combats. Aucun combat ne peut durer plus de 12 rounds ou être d’une durée inférieure à 8 minutes. Les rounds durent 3 minutes, avec une pause d’une minute entre eux.
  23. Si un combattant est en surpoids, il dispose d’une heure à partir du moment où il est pesé pour perdre du poids. S’il est toujours en surpoids après ce délai, il ne pourra plus être pesé.
  24. Tous les boxeurs doivent être pesés au moins 24 heures avant le combat et au plus tard 36 heures avant le combat.
  25. Les adversaires d’un même combat doivent être de la même catégorie de poids.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *